Choisissez le bon éleveur

Categories Conseils pratiques

Les trois premiers mois de la vie sont critiques chez le chiot car c’est à cette période là qu’il va faire des apprentissages élémentaires. Et ces premiers mois, il les passe chez l’éleveur. C’est pour ça qu’il est important que vous le choisissiez bien : un chiot bien dans son pelage dès les premiers mois vous donnera un chien équilibré !

Voici les éléments qui pourront vous aiguillez pour faire votre choix.

Une mère présente et compétente

La mère va apporter à ses chiots les apprentissages indispensables à leur vie grégaire.

La morsure inhibée

Quand ils sont petits, les chiots tètent leur mère, mais progressivement, leurs dents de lait poussent. Les chiots doivent donc apprendre à maîtriser la pression de leur mâchoire car l’allaitement devient douloureux pour la mère. Si le chiot lui fait mal, elle grogne, et s’il ne comprend toujours pas, elle le pince ou le pousse. C’est également lorsqu’il joue avec ses frères et sœurs qu’il apprendra à se contrôler. La mère interviendra si les plus forts font mal au plus faible et leur fera comprendre ce qu’il peuvent faire ou non.

C’est ainsi que le chien apprend à contrôler sa force et qu’il pourra, en grandissant, jouer avec son maître ou avec des congénères de manière agréable, et qu’il comprendra qu’il ne peut pas mordre.
Attention, cela ne signifie pas qu’un chiot qui mordille n’a pas appris la morsure inhibée, c’est un comportement normal.

les-chiots-11

La hiérarchie

Les chiens descendent du loup, et ils ont gardé un minimum la notion de hiérarchie. Dominants et dominés n’ont pas les mêmes prérogatives. Ces termes peuvent vous paraître durs, mais ils ne signifient en aucun cas qu’il faut écraser votre chien, mais plutôt vous imposez comme chef de meute, ce qui vous permettra d’imposer des règles à votre chien pour une vie harmonieuse car il vous respectera.

Comme l’allaitement devient trop désagréable et parce qu’il faut que les chiots prennent leur envol, la mère fini par repousser ses chiots quand ils veulent venir téter. Ils vont donc passer à l’alimentation solide.

Les chiots les plus forts vont essayer d’empêcher les plus faibles d’accéder à la nourriture pour avoir plus à manger (comme je l’ai déjà dit, nos amis les chiens sont des gloutons). La mère qui ne va pas supporter ces conflits va alors intervenir. Elle va « agresser » le chiot le plus fort (sans lui faire mal bien sûr) jusqu’à ce qu’il accepte de se mettre sur le dos (c’est à dire, de se soumettre). Elle continuera à intervenir de la sorte jusqu’à ce qu’il ait compris. Mais quand des chiots sont séparés de leur mère, c’est la loi de la jungle pour accéder à la nourriture : il sera très difficile de les pousser à changer de comportement à l’âge adulte.

C’est la mère qui va inculquer ces apprentissages à ses chiots. Il faut donc que celle de votre futur compagnon soit une bonne mère. Elle ne doit être ni trop jeune, ni trop vieille et doit être en bonne santé.
Quand vous irez dans l’élevage, observez la pour voir comment elle se comporte avec ses petits.

Faites attention aussi au nombre de chiots de la portée. Il arrive qu’une chienne délaisse son petit s’il n’a pas de frère et sœur, ou qu’elle soit débordée parce qu’au contraire sa portée est trop nombreuse pour qu’elle puisse veiller sur chacun de ses chiots.
Veillez également à ce que la mère soit présente avec ses petits, une famille séparée trop tôt ne permet pas au chiot d’acquérir correctement ces apprentissages.

Un chiot qui n’aura pas appris la morsure inhibé pourra mordre sans avoir conscience de sa force et blesser. Il pourra aussi mordre beaucoup plus vite s’il est contrarié ou qu’on fait quelque chose qui lui déplaît parce qu’il n’a pas appris que ça ne se fait pas.

Un chien a qui on n’a pas inculqué la hiérarchie peut, selon son caractère, refuser de se soumettre et se montrer agressif envers ses congénères. Il ne voudra pas vous obéir car il ne reconnaîtra pas votre autorité, et refusera les règles que vous voulez lui imposer. Il peut agresser ses congénères ou en avoir peur.

Vous comprenez donc pourquoi il est si important de veiller à ce que la chienne qui a mis bas est une bonne mère.
Évidemment les problèmes évoquer peuvent être réglés grâce à des thérapies, mais je pense que vous préférez éviter d’avoir à faire face à ce genre de situations.

Un environnement riche en stimuli

Quand vous visitez l’élevage, observez l’environnement dans lequel les chiot
s évoluent. Il doit être riche en stimuli pour que le chiot soit en contact avec toutes sortes de bruits et d’objets. L’éleveur doit les habituer aux bruits du quotidien, aux cris d’enfants, à des bruits plus rares (comme des pétards)…

les-chiots-3Privilégiez les élevages familiaux ou chez des particuliers où l’on trouve moins de 10 chiens. Les chiots évoluent souvent dans le milieu familial où ils vivent le quotidien d’une famille et sont régulièrement en contact avec des enfants.

Un chien passant les premiers mois de sa vie dans un environnement très pauvre en stimuli sera peureux, il pourra développer des phobies qui vous paraîtront infondées. Mais cela s’explique par le fait qu’il n’a pas appris à connaître ces choses durant la période sensible de son développement.
Cela peut même aller au point que l’animal développe un syndrome de privation sensorielle, c’est à dire que l’animal est incapable de s’adapter aux nouveaux environnements.

Quand vous serez parmi les chiots, faites un test, laisser tomber vos clés par terre, puis appelez les chiots et observez comment ils réagissent. Il sera normal qu’ils s’éloignent sur le coup ou qu’ils sursautent, mais il faudra qu’ils s’en remettent assez vite et qu’ils continuent ce qu’ils faisaient, voire, qu’ils viennent observer votre trousseau pour regarder ce qui leur à fait peur.
Un chien restant prostré et tremblant pendant trop longtemps est un chien qui n’a pas été assez mis en contact avec un environnement riche en stimulation.

D’ailleurs, l’âge idéal d’adoption est de deux mois, car c’est jusqu’à ces trois mois que le chiot est très sensible à son environnement. Il pourra donc s’habituer facilement à son milieu de vie. Par exemple, si vous adopter un chiot qui a grandi à la campagne, mais que vous vivez en ville, il se peut qu’il ne soit pas habitué aux bruits des voitures, aux motos qui passeront tout près de lui, etc… à cet âge là, il sera plus aisé pour lui de s’habituer à tous ses nouveaux stimuli.

Il ne vous reste plus qu’à bien choisir votre futur compagnon : rappelez-vous de la responsabilité que représente l’accueil d’un chien chez vous. Vous devez lui offrir un foyer aimant et hospitalier durant toute sa vie !